Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Union du Morbihan de la Société Nationale d'Entraide de la Médaille Militaire
  • Union du Morbihan de la Société Nationale d'Entraide de la Médaille Militaire
  • : Le blog morbihannais de la société nationale d'entraide de la médaille militaire
  • Contact

Contacts

Immo-Defnat R

 

prividef

QR Code

unitag qrcodemedaille mil

Pour un accès rapide et direct avec votre smatphone

Visiteurs

histoire vivante

Catégories

23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 17:03

 

C’est sur l’invitation de son président, Michel Ballier, que le président départemental des médaillés militaires a assisté à l’assemble générale de cette section à Trédion.

Après avoir débattu sur différents sujets et avoir fait le point des évènements de l’année passée la parole est donnée au président départemental qui a apporté quelques éclairages sur des sujets tels que la vigilance que nous devons avoir sur les bêtises qui peuvent être dites au sujet de la médaille militaire, surtout dans les journaux. Il est ensuite revenu sur le congrès de Quiberon, sur le financement du département en appuyant son propos sur le fait qu’il ne voulait pas mettre les trésoreries des sections a contribution mais, qu’en revanche, il leur demandait de l’aider en achetant différents articles qu’il met en vente. Il a précisé par ailleurs, que si les sections ne peuvent plus avoir de livret A, elles pouvaient en toute légalité ouvrir un livret B dont le taux de rémunération est de 1,25 %. Il a évoqué une éventuelle fusion entre la section d’Elven et celle de Questembert, ce qui serait un retour a une situation antérieure. Enfin, il a confirmé que le combat pour que tous les médaillés militaires aient le drap tricolore sur leur cercueil était toujours d’actualité et que nous avions bon espoir de voir notre souhait se réaliser.

Repost 0
Published by Major Bonte - dans Vie des sections
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 18:30

SAM 0842 (Copier)

Impressionnant cortège de drapeaux au service du souvenir

 

C’est dans un recueillement imposant que la commémoration des combats d’A.F.N. a eu lieu sur le plateau de la Garenne à Vannes.

Un nombre impressionnant de drapeaux d’associations étaient présents, marquant de manière indiscutable leur attachement à cette date consensuelle pour marquer la fin des conflits algéro-maroco-tunisien. Chacun ayant une pensée pour ses frères d’armes disparus, les combats qu’ils ont menés, les joies qu’ils ont éprouvées. Mais aussi, pour beaucoup, d’évoquer le souvenir de ceux qui ont été tués ou qui ont disparus dans les mois qui ont suivis la fin des hostilités. Qui un frère d’armes, qui un membre de sa famille.

La douleur, par le temps, se fait moins forte mais le souvenir reste vivace. Les médaillés militaires du département se sont joints à la commémoration des sacrifices de ceux qui ont participés à la grandeur de la France.


Repost 0
Published by Major Bonte - dans Cérémonies
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 17:51

SAM 0714

Les trois 'ordres' unis symboliquement

 

C’est sous un soleil timide mais bien présent que s’est déroulée la cérémonie de commémoration de l’armistice mettant fin aux hostilités de la première guerre mondiale sur le plateau de la garenne à Vannes. Cette année, cette commémoration incluait le souvenir de tous les participants et de tous les morts de toutes les guerres.

Ainsi, pour bien marquer cette unicité de pensée, les présidents des associations des trois décorations les plus prestigieuses qui permet à la France de reconnaître les mérites des ses enfants. Les deux ordres pour les mérites éminents ou distingués et la médaille militaire pour les mérites strictement militaires, ont symboliquement et collégialement déposés une gerbe au pied du monument aux morts.

Il est a noter que, bien que la médaille militaire ne soit pas un ordre, le grand chancelier de l’ordre de la Légion d’honneur et de la médaille militaire à pour habitude de parler des « trois ordres » marquant ainsi dans l’esprit de tous le haut niveau de prestige qu’il accorde à notre décoration ce ‘bijou de la République’.

Toutefois, il est a déplorer que de moins en moins de français prennent le temps de venir honorer ce jour là ceux qui, par leurs sacrifices, leur permettent aujourd'hui de vivre en paix. Mais sommes nous en paix pour longtemps encore ? Rien n'est moins sûr.



Repost 0
Published by Major Bonte - dans Cérémonies
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 17:27

Congrès dépot de gerbes

Le 11 octobre dernier le congrès départemental de l’union des sections des médaillés militaires du Morbihan s’est déroulé à Quiberon dans l’espace « Louison Bobet ».

Il est a noté, avant toutes choses, l’excellente organisation de cette activité majeure par l’équipe d’Alexis Ligeour, président de la section accueillante, et de son équipe de médaillés militaires et dames d’entraides.

De nombreux invités nous ont fait l’honneur d’assister à notre assemblée. Notre président national, François Gellibert, dont la santé ne lui a pas permit d’être parmi nous, était représenté par Jean-Paul Martin, 1er vice président et secrétaire général et, Maryvonne Sayos, administratrice nationale responsable des effectifs. Etaient présents également, entre autres, les maires de Quiberon et Saint-Pierre Quiberon, le Colonel DMD adjoint, le président des sous-officiers du 3ème RIMa, le commandant de la brigade de gendarmerie de Quiberon et les présidents des UD limitrophes pour ne citer qu’eux. Nous avons déploré l’absence d’un représentant du corps préfectoral. En revanche, monsieur Philippe Le Ray, député de la circonscription, n’a pas hésité à bouleverser son emploi du temps, pourtant très chargé, pour être parmi nous. Il a su, par sa simple présence, nous montrer combien nos soucis de soldats et d’anciens combattants lui tenaient à cœur.

Sa présence a permit à Jean-Paul Martin de lui présenter deux motions. La première relative à l’apposition du drap tricolore sur le cercueil de tous les médaillés militaires. C’est en effet un combat de longue date car si nous considérons qu’il n’y a aucune différence entre les titulaires de notre prestigieuse médaille durant leur vivant, il ne doit donc pas y en avoir devant la mort, d’autant que notre médaille ne nous a été concédée que pour des faits strictement militaires. La seconde est liée au peu de cas qui est fait de nos jeunes camarades blessés au combat. Les oubliés de la République pour reprendre l’expression de Jean-Paul Martin. En effet, comme il le rappelle il est important que les médaillés militaires s’enquièrent du sort de nos jeunes blessés car ce sont des médaillés militaires potentiels et des camarades auxquels nous devons aides, assistances et soutiens. Nous le leur devons car nous ne devons pas réitérer et leur faire subir ce que nos anciens ont subis lorsqu’ils ont voulu adhérer à des associations patriotiques et qu’ils se sont fait éconduire, par leurs anciens, en s’entendant dire que leurs ‘guerres’ n’étaient pas aussi importantes que les leurs. Nous considérons, quant à nous, qu’un combattant reste un combattant et que ses droits doivent être défendus sans distinction de conflits. Nous le leur devons aussi parce que c’est eux qui ont vocation à nous remplacer et à prendre en mains la destinée de notre société.

A ce jour, pour ce qui concerne le drap sur le cercueil, des sources bien informées nous laissent penser que l’affaire serait en bonne voie car le général Georgelin, grand chancelier de l’ordre de la Légion d’Honneur, nous a laisser entendre que les plus hautes autorités y seraient favorables. Attendons et espérons.

D’autre part, j’ai pris soin de remercier, en votre nom,  et d’offrir un cadeau au lieutenant-colonel Perrin, Délégué militaire départemental adjoint, pour l’aide indispensable qu’il nous a apporté pour éradiquer dans le département les remises illégales de notre médaille.

Je laisse le soin à vos présidents de sections de vous faire le compte-rendu exhaustif du congrès, lors de vos prochaines assemblées générales. Vous pourrez leurs poser toutes les questions que vous jugerez utiles, nous nous efforcerons d’y répondre le plus rapidement possible.

 


Repost 0
Published by Major Bonte - dans Activités
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 15:20

 

Journée des Harkis @ photo CCH Seychelles 3e RIMa (70)

Comme chaque année, au cimetière de Calmont, les associations patriotiques d’anciens combattants se sont réunies pour rendre hommage à nos camarades Harkis et supplétifs qui ont fait le choix de servir la France, leur mère Patrie, plutôt que leur terre natale. Ce choix de l’attachement à la Nation n’a pourtant pas été récompensé, en termes de reconnaissance de la France, à la hauteur du sacrifice consenti par ces enfants de la République.

Aujourd’hui, encore, les autorités préfèrent les ignorer et honorer leurs adversaires d’hier en passant sous silence le massacre des harkis, pieds noirs et supplétifs, après les accords d’Evian.

A mon sens, il n’est pas juste de laisser entendre ou de dire que la France a colonisée l’algérie, a cela plusieurs raisons.

D’abord, en 1830 lorsque l’armée française à débarquée au Maghreb l’algérie n’existait pas, ce n’était que pierres poussant entre les cailloux. L’action de l’armée française était liée, et pour y mettre fin, aux exactions des navires arabes et arabo-turcs sur la méditerranée qui, en attaquant les navires marchants, se fournissaient en esclaves chrétiens. Les femmes étaient destinées aux harems et aux maisons closes. Les hommes, quant à eux, servaient de bétails pour le travail. La France a rendu la liberté à des dizaines de milliers d’hommes et de femmes. Le plus vieux ayant passé quarante années en servitude et le plus jeunes deux mois.

Ensuite, d’un désert de cailloux, la France a créée toutes les infrastructures nécessaires à une civilisation moderne (routes, administrations, hôpitaux, industries, maraîchages etc.). Par ailleurs, les colons, souvent pauvres, qui furent communément appelés « pieds noirs », en un siècle ont fait de ce pays un véritable Eden, ce que les arabo-turcs ont été incapable de faire en plusieurs siècles de présence et de tyrannie.

Enfin, un sénateur français lui a donné son nom « algérie ». La France à su transformer un conglomérat de tribus rivales aux mœurs féodales en un peuple homogène. N’oublions pas non plus que, parmi ces peuples, beaucoup sont les descendants de gaulois ayant fait souches après avoir reçu une terre de Rome et qu’ils étaient chrétiens. Aujourd'hui, ce qui est tu et combattu par les autorités algériennes et punis de mort pour apostasie, ces descendants de chrétiens reviennent, en secret, à la religion de leurs lointains ancêtres.

La France n’a donc pas « colonisée » l’algérie mais elle l’a ‘créée’ de toutes pièces. Ainsi, il est juste de dire que les harkis n’ont jamais été algériens mais uniquement français. Qu’ils n’ont jamais trahis quiconque mais, au contraire, sont restés fidèle à leur unique pays, la France.

Honte à Deferre, maire de Marseille, qui a refusé de les recevoir. Honte à nous métropolitains qui, en 1962, n’avons pas su accueillir nos compatriotes d’outre méditerranée comme ils auraient dû l’être. En frères.

Restons donc dans l’attente d’un gouvernement qui aura le courage de leur demander enfin « pardon » à tous, pieds noirs, harkis, supplétifs, pour leur rendre justice à eux comme à leurs descendants. Mais aussi, en réponse à l’algérie qui demande un dédommagement financier pour cette soi-disant colonisation, qui osera demander le remboursement intégral des dépenses faites par la France pour transformer un tas de cailloux en pays et demander la restitution des puits de pétrole du Sahara.


 

Un grand merci au Caporal-chef Seychelles, du 3° RIMa, pour les excellentes photographies qu'il a bien voulu nous transmettre gracieusement.


Repost 0
Published by Major Bonte - dans Cérémonies
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 14:21

JCP 0917

 

C'est dans une ambiance sereine et empreinte de solennité que la cérémonie commémorative de Bazeilles s'est déroulée sur la place d'armes du 3ème RIMa à Vannes. A cette occasion des décorations ont été remises à différents récipiendaires dont, en particulier, à un sergent-chef de ce régiment qui, déjà titulaire de la médaille militaire, a été fait chevalier dans l'ordre national de la Légion d'Honneur. Ses camarades médaillés militaires du département le félicitent chaleureusement.

Cette commémoration a été l'occasion pour de vieux complices de se retrouver et de refaire le monde autour du pot de l'amitié.

Repost 0
Published by Major Bonte - dans Cérémonies
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 16:45

Ange Le Mentec

 

C'est avec une grande tristesse que la 358ème section de Carnac nous a fait part du décès de son porte-drapeau Ange Le MENTEC dans sa quatre-vingt cinquième année.

Ange est né le 3 mars 1927 à Saint-Philibert. engagé au titre du service de santé des armées le 23 juillet 1945, il sert au Maroc au 32ème S.I.M., puis effectue deux séjours consécutifs en Indochine de 1947 à 1953 au Détachement Autonome d'Infirmiers Coloniaux zone Sud (DAICS).

après un congé de fin de campagne, il rejoint le bataillon médical de Tunisie ; Il est affecté en algérie ou il sert de fin 1955 à 1959 au CM 114.

Au plus proche des combats tant en Indochine qu'en algérie, Ange soulagera bien des douleurs et malheureusement relèvera beaucoup de combattants tombés.

Muté à l'H.M.S de Vannes il quitte le service actif en 1961 après seize années au service de notre pays.

Témoin de beaucoup de douleurs et de sacrifices et toujours fidèle à ses convictions, il restera porte-drapeau de la 358ème section des Médaillés Militaires, durant trente ans. il ne passera le flambeau que contraint et forcé par la fatigue et la maladie.

Après avoir livré son dernier combat, notre vieux soldat s'est éteint dans la nuit du 15 au 16 août 2012, pour rejoindre ses frères d'armes.

Ange Le MENTEC était titulaire de la médaille militaire, de la croix de guerre des T.O.E., de la croix du combattant, de la médaille coloniale et des médailles commémoratives d'Indochine et d'algérie. Il était également détenteur de l'insigne des porte-drapeaux pour trente ans de service.

Son sens de l'honneur, du travail et sa fidélité forcent le respect et il restera à jamais dans nos mémoires comme un exemple pour les nouvelles générations.

A son épouse, ses enfants et petits-enfants nous renouvelons nos condoléances et nos amitiés.

 

Le président départemental et les médaillés militaires du département se joignent à leurs camarades de Carnac et présentent leurs condoléances attristées à la famille d'Ange et à tous ses camarades et amis.

 

Repost 0
Published by Major Bonte - dans Nécrologie
commenter cet article
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 22:16

Mes chers camarades,

Trouvez ci-joint le compte-rendu de l'assemblée générale de Saint-Maixent. N'hésitez pas à me poser les questions que vous jugerez utiles, relatives aux différents articles de nos statuts, en usant de l'option 'contact' de notre blog.

Je vous souhaite une bonne lecture.

Bien amicalement

Alain

 

Sous réserve que le lien soit le bon.......

Repost 0
Published by Major Bonte - dans Activités
commenter cet article
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 16:12

 

 Les médaillés militaires votent leurs statuts

P G SNEMM salut le drapeau 886ème

 François Gellibert salue le drapeau de la 886esection.

Habituellement organisée à Paris, la Société nationale d'entraide de la médaille militaire (SNEMM) avait choisi Saint-Maixent-l'Ecole et l'ENSOA pour accueillir son assemblée générale. Plus de deux cents adhérents de la SNEMM venus de toute la France ont donc assisté aux travaux de cette grande assemblée, mardi et mercredi. Ils se sont d'abord recueillis lors d'une cérémonie du souvenir face au monument aux morts dans le quartier Marchand en présence du maire de la ville, de François Gellibert, président de la SNEMM, des généraux Laporte-Many et Thuet, représentant la Grande Chancellerie et l'ENSOA.

Puis ils ont travaillé. « Le rendez-vous est d'importance, a fait savoir le président, car les travaux porteront sur la modification des statuts. Autrefois mutualiste, notre société est devenue depuis trois ans une association régie par la loi de 1901, il convenait d'approfondir et réviser encore les nouveaux statuts qui en résultaient ». François Gellibert poursuit: « Nous sommes forts de 57.400 adhérents, 860 sections et 79 unions mais nos effectifs sont en baisse ». Il déplore « l'absence de motivation des nouveaux décorés » et souhaite mieux faire connaître ses missions. Il rappelle que la SNEMM est aussi une société d'entraide aux soldats blessés. « La Grande Chancellerie et l'État-major des Armées réfléchissent aux conditions de concession de la médaille militaire », a aussi annoncé le général Laporte-Many qui rappelle que les conditions de remise de cette décoration sont règlementées. « Je l'ai fait savoir à la Fnaca. »

Récompenses

François Gellibert a aussi remis un diplôme de membre d'honneur aux personnalités. Quant au musée du sous-officier, il s'est enrichi d'une nouvelle pièce, un buste de Napoléon III offert par la SNEMM. Des médailles de bronze, argent et vermeille ont récompensé les membres de la section saint-maixentaise organisatrice, dont Gérard Bonnard le président.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/communes/Saint-Maixent-l%27%C3%89cole/n/Contenus/Articles/2012/06/21/Les-medailles-militaires-votent-leurs-statuts 

 

 

Repost 0
Published by Major Bonte - dans Activités
commenter cet article
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 15:44

 

En attentant la rédaction complète du compte-rendu de l’A.G. de saint-Maixent le texte ci-dessous vous donnent les grandes lignes de son déroulement et les deux faits importants à retenir.

Puis le représentant du général commandant les Ecoles fait son allocution de bienvenue. Ensuite une longue journée d’amphi nous attend. En effet afin de laisser partir dans l’après midi les camarades ayant un impératifs de train, un changement de programme nous est proposé, il s’agît de voter les 55 articles de modification apportées aux nouveaux statuts. Nous sortirons à 13h15 fin du vote.

Les nouveaux textes ont été calqués sur ceux de la Légion d’honneur par deux techniciens du droit, dont le conseiller juridique, bâtonnier qui agit à notre profit bénévolement, c’est un habitué des échanges avec le conseil d’état.

Je ne commenterais que deux articles, le premier répond à la question concernant les demandes récurrentes d’équité avec les autres associations des ordres nationaux, le droit à réduction d’impôts pour les cotisations. La formulation de ce nouvel alinéa, qui stipule que la SNEMM peut participer à de grandes causes nationales ou a des actions ayant un caractère philanthropique, le permet désormais.

TITRE I : BUTS ET COMPOSITION DE L’ASSOCIATION

Article premier – BUTS

         k) d’organiser ou de participer, avec ou sans la collaboration d’organismes œuvrant dans le cadre de grandes causes nationales ou locales à des actions ayant un caractère philanthropique, éducatif, scientifique, social, culturel, en lien avec l’objet de la « Société ».

Le second article, là c’est plus insidieux, le ministère de la défense aurait trainé des quatre fers pour la définition des membres titulaires, c’est grâce à l’argumentation de notre conseiller juridique que cet article est ainsi rédigé. En effet au ministère, on auraient bien vu des non titulaires de notre prestigieuse décoration s’infiltrer et s’installer dans notre société aux postes de commande.

 

Article 3 – MEMBRES

3.2 – Définition des catégories

         3.2.1. Membres titulaires

Tous les titulaires de la « médaille militaire », de nationalité française ou étrangère.

 L’ensemble des articles ont été votés à une très large majorité.

 

Après un petit casse-croûte, c’est à 14h00 que reprennent les débats.

- Rapport moral

- Rapport financier

- Rapport financier de la Maison de Hyères

- Rapport financier de la SNEMM

- Rapport commissaire aux comptes

- Intervention du chancelier

 Fin de la séance sans pause vers 18h00.

 

Repost 0
Published by Major Bonte - dans Activités
commenter cet article